Batman: Hong Kong

7 03 2012
  Critique Comic/Manhua

Batman : Hong Kong

Découvrez la vision chinoise de l’un des personnages emblématiques de DC comics.

Batman est certainement l’un des personnages les plus emblématiques de l’univers de la BD en général. Il est difficile de calculer le nombre d’œuvres et d’artistes qui abordent ce mystérieux justicier. Malgré tout, l’icône américaine n’a pas connu beaucoup de visions étrangères, et Batman : Hong Kong fait partie des rares exceptions. Cette touche d’exotisme sera t-elle favorable au Dark Night ?

Titre : Batman: Hong Kong

Type : Comic / Manhua

Style : Thriller / Art Martiaux

Nombre de tomes :

One shot (France / USA / Chine) / 3 manhua (Chine)

Auteur : Doug Moench (scénario), et Tony Wong (dessin)

Sujet : Enquête de Batman à Hong Kong

PS : J’ai mis ce volume de batman à la fois dans la rubrique manhua et comic, car on peut considérer que le titre se place dans les 2 genres. Bien que la commande soit à la base américaine, scénarisée par un américain, le titre est dessiné par un auteur chinois, dans un style de BD plus typé manhua.

Au début des années 2000, DC Comics entame un projet où il souhaite confier à des grands artistes asiatiques leur vision de Batman. De ce fameux projet naîtra 2 BD, l’une dessinée par Kia Asamiya (Batman : l’enfant des rêves), et l’autre par Tony Wong (Batman : Hong Kong).

Tony Wong est l’un des grands maîtres de la BD chinoise, voire le Maître. On pourrait le comparer à Osamu Tezuka, Jack Kirby, ou Moebius dans leur pays respectif. A l’instar de son confrère Andy Seto, Tony Wong est un auteur très prolifique, ayant dessiné plusieurs milliers de manhua (de 30 pages pour la plupart).

Pour Batman : Hong Kong, l’artiste chinois travaille en collaboration avec Doug Moench, un scénariste de renommée ayant travaillé pour des titres de Batman, les 4 fantastiques, Wolverine… Enfin, il faut relativiser pour une fois, le travail du scénariste, car celui-ci a laissé beaucoup de liberté (trop?) à Tony Wong.

 Résumé

Alors qu’un hacker s’amuse à pirater un site web, il tombe sur un snuff movie où une victime se fait attaquer par un cobra royal. La vidéo lui semble trop réelle pour être un fake, et le pirate décide d’informer le commissaire Gordon. Mais le commissaire Gordon ne donne pas suite à l’affaire, car, pas de corps, pas d’enquête… Toutefois, le fameux corps est retrouvé quelques heures plus tard. Batman enquête rapidement, et découvre que le hacker est la prochaine victime. Alors qu’il tente de sauver le jeune homme, Batman arrive trop tard sur le lieu, le témoin a été tué avec le même modus operandi. Gordon signale à Batman qu’un fait similaire s’est produit à Hong Kong, et que l’origine de ces meurtres se situent là-bas.

Batman décide de partir à Hong Kong pour en apprendre plus, et mettre un terme à cette affaire.

Il fera connaissance lors de son enquête de Benny, un jeune chinois qui au contact de Batman va décider de devenir également un justicier de l’ombre : Night Dragon.

L’histoire met en avant les rapports de la mafia, et des affaires familiales. L’histoire sans être grandiose se laisse lire tranquillement. En revanche, ce qui pose soucis, c’est que dans le cas présent, Batman n’est qu’un prétexte, un nom commercial alors que l’histoire se base surtout Night Dragon. Pour un comic qui s’appelle Batman, ça fait un peu tache….

Que les auteurs introduisent une vision chinoise, et des nouveaux personnages, ce n’est pas le point qui dérange, mais Batman n’est pas suffisamment mis en avant (à l’exception du début). Sans parler d’en faire un protagoniste torturé mentalement comme le font très bien les artistes sur les Batman modernes, il y a moyen d’introduire un peu plus le personnage dans l’histoire. On pourrait sentir un brin d’exagération de ma part, car le Batman de Doug Moench/Tony Wong n’est pas non plus une coquille vide. De plus, Batman est présent sur la quasi totalité des pages du manhua (encore heureux), et Tony Wong respecte globalement les codes du personnage (quelques fans chipoteront sur certains aspects, mais bon, les codes ont été à nombreuses reprises, cassés par de nombreux auteurs). Toutefois, il manque un petit quelque chose au Dark Night au profit de Night Dragon.

C’est pour cela que l’on pourra reprocher à Doug Moench d’avoir laissé trop de liberté à Tony Wong. Bien sûr, il s’agit d’un reproche que l’on peut faire à d’autres artistes américains, et qui ont permis d’introduire certains personnages emblématiques de la saga, mais il aurait été intéressant par cette touche d’exotisme d’avoir une autre vision du chevalier noir.

En ce qui concerne le dessin, sans surprise de la part de l’artiste, le travail est magnifique. On pourra chipoter sur quelques irrégularités au niveau de la qualité de certaines cases, mais le rendu au niveau des détails et des couleurs, force le respect, surtout quand on connaît le rythme de Tony Wong.

Pour les personnes qui ne sont pas habituées aux œuvres de Hong Kong, le style de dessin se situe entre le comic et le manga avec une mise en scène des combats assez particulière, et clairement typique de l’industrie du manhua.

A défaut d’avoir un Batman présent sur l’aspect psychologique, le chevalier noir impose toujours autant à travers les pages du livre.

L’action omniprésente dans Batman : Hong Kong illustre parfaitement la maîtrise des arts martiaux du duo Batman/Night Dragon. Le choix des plans est judicieux, et les effets flashies rajoutent une dose de nervosité au titre en question. Certains reprocheront peut être une présence trop importante des combats, mais c’est un choix pleinement assumé par l’auteur depuis 35 ans de carrière.

Au sujet de l’édition française si on compare par rapport à la version américaine, ou chinoise, il faut savoir qu’il manque pour des raisons obscures 2 pages de BD qui heureusement n’ont pas d’importance, ainsi que 2 pages des présentations des personnages, et un art…

Il faut savoir également qu’en Chine, le titre fut commercialisé sous 3 manhua avant d’avoir connu un tome relié.

Conclusion 

Personnellement, j’ai apprécié cette nouvelle aventure de Batman, mais autant le dire de suite, les fans vont être divisés à son sujet.

Batman : Hong Kong est une BD sympathique, avec une très bonne réalisation visuelle mais un moyen Batman (voire mauvais). A vouloir laisser trop de liberté à Tony Wong, celui ci occulte totalement le fait que sa BD tourne autour de Batman, et met au final trop en valeur son personnage Night Dragon.

Bien sûr, l’auteur illustre le chevalier noir tout le long de sa BD, et Tony Wong n’apporte pas de changement radical au personnage de DC comics, mais il faut reconnaître qu’il sert juste de prétexte pour mettre en avant l’univers de la BD chinoise.

Toutefois, il faut reconnaître que le titre s’en sort honorablement sur la qualité du dessin, et de la mise en scène des combats. De plus, Night Dragon est assez sympathique.

Après, les fans d’art martiaux, de Tony Wong, seront pleinement ravis de ce titre.

Les +

  • le dessin
  • la qualité des combats
  • Night Dragon

Les –

  • Batman…
  • Les dialogues
  • Des pages disparues pour l’édition française
Publicités

Actions

Information

2 responses

25 03 2012
Jimeo

Je ne connaissais absolument pas cette BD. Merci pour la découverte ! 😉

27 03 2012
pipasrei

Content que tu puisses faire des découvertes ^^.
Je présenterai d’autres titres autour de batman plus tard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :